Pinterest Au revoir 2017 ! Mon bilan de l'année - Blog Suisse - Sweet Mignonette

22 décembre 2017

Au revoir 2017 ! Mon bilan de l'année

http://www.sweetmignonette.com/2017/12/sweet-mignonette-swiss-blog-bilan-2017-aurevoir-cest-fini.html

Alors que les fêtes arrivent à grand pas, j'ai été un peu plus absente du blog ces dernières semaines. Un manque d'inspiration ? Non pas vraiment, un manque de motivation ? Certainement. Le monde du blog en Suisse est assez particulier, nous sommes beaucoup pour un petit marché, la concurrence est dure, le copinage est grandement présent. C'est malheureusement la réalité et je trouve cela dommage (mais vous me direz que c'est pareil peut importe le domaine dans lequel on travaille).
Personnellement, j'aime avoir des relations cordiales avec toutes les blogueuses et blogueurs que j'ai l'occasion de rencontrer et d'apprendre à connaître à travers les évènements auxquels je participe, tout comme avec les marques et agences avec lesquelles je travaille. J'ai d'ailleurs été très transparente avec elles en les informant rapidement de mon besoin de me concentrer sur moi. Comme je vous l'avais expliqué dans mon dernier article (ICI). Pourquoi ce besoin et pourquoi deux longs mois d'absence me direz vous ? Désormais, je me sens prête à partager mon histoire avec vous.

L'année 2017 n'aura pas été la bonne, ou plutôt, la pire de toute ma vie : perdre une des personnes qui comptaient le plus à mes yeux, me séparer de mon copain, déménager et retourner chez mes parents. Toutes ces choses ont été une accumulation, un trop plein d'émotions qui m'ont plongé dans une profonde dépression. Si j'écris cet article aujourd'hui, c'est que j'ai besoin d'être franche avec vous, de vous montrer que je suis une jeune femme comme les autres, que je ne suis pas plus forte parce que je m'expose publiquement sur mon blog et mes réseaux sociaux, que je n'ai pas moins de doutes, de peurs, d'angoisses, d'échecs que vous, qui me suivez régulièrement. Qu'un joli maquillage ne permet pas de guérir, mais seulement de cacher ce que l'on ne veut pas montrer.

Cette année, Sweet Mignonette m'aura appris à mettre des mots sur mes émotions pour vous les partager, pour vous expliquer ma profonde détresse et mon besoin de m'éloigner quelque temps, pour prendre soin de moi. Mais c'est aussi Sweet Mignonette qui m'a permis de voir que vous être nombreux et nombreuses à me suivre, à prendre de mes nouvelles, à s'inquiéter quand je m'éloigne du blog. Mon été, je l'ai passé au sein d'un hôpital psychiatrique, durant deux mois. Je sais, le mot fait peur, il est plein de préjugés, à connotations négatives. Jusqu'à maintenant, seule ma famille et mes amis proches le savaient, mais surement que certaines d'entre vous ont dû s'en douter. 

Durant mes deux mois d’hospitalisation, j'ai suivi de nombreuses thérapies, plusieurs fois par jours, afin de retrouver l'envie de vivre, de retrouver cette flamme qui s'était éteinte au fond de moi. La flamme n'est pas encore très présente, mais je sens un peu de sa chaleur en moi et c'est ce qui me fait penser que je suis sur le bon chemin. Je sais qu'il va être long, périlleux, avec encore de mauvais moments à passer. Je ne sais pas si on peut guérir un jour d'une dépression, mais je sais que cela ne se fait pas en quelques jours, quelques semaines ou quelques mois, il me faudra le temps celui dont j'ai besoin, chacun est différent. 
Très cartésienne, j'ai aussi dû apprendre à ouvrir mes œillères, à voir plus loin que ce que je voulais bien voir. Je m'ouvre gentiment au monde, pour le re-découvrir d'une manière complètement différente. J'approfondirai ce sujet avec vous en 2018, pour vous partager ce que j'ai appris pour apprendre à aimer à nouveau la vie, des petites astuces au quotidien qui font qu'on retrouve gentiment sa place dans un monde qu'on ne reconnaît plus. 



Me voilà au mois de décembre, à faire le bilan de mon année, de retour à la maison, chez mes parents, depuis près de 3 mois. J'ai d'ailleurs énormément de chance de les avoir à mes côtés. Je jongle entre les rendez-vous médicaux et mes 5 thérapies psy' hebdomadaires, dont une séance d'art thérapie, au sein de laquelle j'apprends, à mon rythme, à lâcher prise, à être moins exigeante avec moi-même. J'ai aussi appris à vivre. Mais qu'est-ce que je veux dire par là ? 
Depuis petite, on m'a appris à avoir des objectifs, à court terme, à moyen terme, à long terme. Mais la vie n'est pas faite d'objectifs à atteindre, la vie est déjà simplement définie par le mot vivre. Je vis donc au jour le jour, je me projette à mon après-midi, à ma soirée ou à ma journée du lendemain. J'apprends à apprécier pleinement ce que j'ai la chance de pouvoir découvrir, apprendre et vous partager aussi. 

Évidemment, j'ai des rêves : trouver mon prince charmant, me marier avec une belle robe blanche, avoir la chance de fonder un foyer dans lequel règne la notion de "famille", la confiance mutuelle, le respect, la compassion, l'écoute et l'empathie. Des valeurs qui me sont chères et que j'ai oubliées au fil du temps. J'espère aussi au fond de mon cœur que je trouverai la bonne personne, un homme qui m'aimera plus que je l'aimerai et qui sera auprès de moi, fier de mes succès et qui me soutiendra lors de mes échecs. Mais avant tout, j'ai appris une chose, une seule chose, et qui est la plus importante : pour être aimée, il faut tout d'abord se respecter, s'accepter et s'aimer soi-même. Ce n'est pas facile. J'y travaille tous les jours, mais je suis certaine qu'en ayant confiance en moi, qu'en apprenant à connaître mes forces comme mes faiblesses, je ne pourrai que mieux m'impliquer dans une relation.

Bien que je publie des photos de moi régulièrement, je suis incapable de me regarder dans les yeux, je ne supporte pas le poids de mon regard et j'ai peur de toute la tristesse que j'y vois, la colère aussi, le désespoir. J'angoisse de ne pas y voir la force dont j'ai besoin pour avancer. Est-ce qu'un jour cette souffrance va diminuer ? Je l'espère, ou du moins, avec le temps, j'apprendrai à faire avec. 

Ce n'est pas mon rôle de vous donner des conseils, je ne suis pas psy, je partage simplement ma vie, mon expérience et ce que j'ai appris depuis mon hospitalisation. Quand on en a besoin, il faut savoir dire stop, s'arrêter à temps, pour ne pas franchir cette fameuse ligne rouge. Je n'ai pas su m'écouter ou peut-être pas voulu m'écouter, si bien que je me suis arrêtée trop tard et c'est ce qui m'a menée à être hospitalisée. Je n'ai pas honte de cela, je ne veux pas que ce soit un secret, trop lourd à porter, quelque chose qui se chuchote dans les cafés des villages ou qui grandit dans les rumeurs des ménages. C'est ma vérité et je choisis de la partager aujourd'hui avec vous. 



Probablement, ce n'est pas l'article que vous vous attendiez à lire juste avant les fêtes de Noël, mais je voulais me mettre à nue, vous parler avec mon cœur et vous faire part de mes pensées les plus profondes. Si mon article peut aider juste l'une d'entre vous, mon but sera atteint. Sweet Mignonette a été créé pour vous partager mes passions, mais c'est désormais aussi une part de moi, comme un journal intime dans lequel je peux partager mes doutes, mes erreurs, mes peurs, mais aussi mes envies, mes rêves et mes souhaits les plus chers. 

Noël a toujours été l'une de mes fêtes préférées, la période de l'année que je préfère : les lumières, les étoiles dans les yeux des enfants. Cette année, il y a un arrière goût amère. Comment fêter Noël dans la joie et dans la bonne humeur alors qu'on apprend à peine à retrouver la joie de vivre ? Se cacher derrière une jolie tenue et un maquillage pour dissimuler tous les cernes ou les traces des larmes qui coulent toutes les nuits sur mes joues ? Je ne suis pas sure que ce soit la solution. Mais cependant, je ne suis pas assez forte pour ne pas le faire, de ne pas faire semblant d'être heureuse de fêter Noël. Oui, je suis contente de passer du temps en famille, mais quand il manque un membre de la famille, on doit apprendre à fêter différemment. Lui et moi, nous avions une tradition, c'était de prendre une place "stratégique", celle où on ne peut pas se lever pour aller faire la vaisselle, celle où on se fait servir car tout le monde devait se lever ou se déplacer pour nous laisser passer. Cette année, il y aura un grand vide dans mon cœur, comme dans tous les cœurs des personnes présentes autour de la table. Au fond de mon âme, j’espère que la magie de Noël va opérer et va nous permettre de passer de belles journées en famille, malgré notre tristesse et cette absence qui nous ronge. Que nos émotions soient moins lourdes et moins étouffantes et que chacun puisse se rappeler du Noël de cette année, avec un souvenir positif. 

Il faut avouer que je ne pensais pas vous dire tout ça, aussi tôt, je pensais le faire en janvier, quand les fêtes seront passées, mais je suis un être humain comme tout le monde. Je ne suis pas une super woman, je suis simplement humaine, une jeune femme qui n'a pas (encore, je tiens bien à la préciser) 30 ans et qui a la vie devant elle, comme probablement beaucoup d'entre vous.  
A travers ce message, je vous partage mon expérience, mes doutes, mes peurs, mes angoisses, je me suis mise à nue, j'ai enlevé le maquillage que je porte généralement pour vous montrer mon visage. Celui de Carole, qui un jour, a voulu lancer son blog. Si j'ai des vœux à émettre pour l'année 2018, c'est d'apprendre à m'aimer pour aimer à nouveau, de retrouver la joie de vivre pour pouvoir la partager autour de moi. 
Et pour ce qui est du blog, je vais revenir avec des articles plus réguliers, plus nombreux aussi, j'ai plein de belles choses qui se préparent que je me réjouis de partager avec vous. Ma tête est pleine d'idées et je suis certaine qu'elles vont vous plaire. Comme jusqu'à maintenant, je vais continuer à vous parler de la beauté, mon sujet de prédilection, tout en vous parlant aussi de mode, de tendances, un thème tout aussi passionnant. D'autant plus, que c'est un point que j'aime aussi mettre en avant ; je n'ai pas une taille mannequin, je suis une fille comme les autres, une fille comme toi qui lit cet article avec ses complexes, ses formes, ses rondeurs, je ne les assume pas, mais j'essaie de faire avec. 

Mon article se termine avec un verbe qui désormais m'accompagne au quotidien, il faut apprendre à "faire avec...". Cela ne veut pas dire de ne plus rien faire, mais de le faire différemment. 

Je vous souhaite à toutes et tous de très belles Fêtes de Noël, que la magie des fêtes soient dans vos cœurs et dans ceux de vos proches, 

Prenez soin de vous et des personnes vous sont chères,








Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Merci pour ton message. Bonne journée à toi
Thanks for your message ! Have a nice day